Dans la tête de JCK - Numéro #94

Hello !

Pas le temps de niaiser aujourd’hui comme disent les québécois. Allons à l’essentiel.

Au programme du jour :

  • Je reviens sur et analyse toutes les phases par lesquelles nous sommes passés avec Longue Vue ces 2-3 derniers mois.

  • Comment elles nous permettent de mieux définir notre vision et notre roadmap à venir ?

  • En bref, les avancées sur Longue Vue

  • Ce que je lis en ce moment (3 livres)

  • Mes ressources du moment (5 liens)

Si vous avez manqué l’édition précédente : deuxième chance.


Bienvenue au 84 nouveaux abonnés depuis lundi dernier. Vous êtes maintenant plus de 2800 à recevoir Dans la tête de JCK. Si vous lisez cette newsletter et que vous n’êtes pas encore abonné, vous pouvez vous inscrire ici 👇

Et si vous souhaitez faire découvrir cette newsletter à vos proches ou à vos amis, il suffit d’utiliser le lien ci dessous.

Share Dans la tête de JCK


🤔 Mes réflexions de la semaine

Exprimer la vision de son projet et définir les étapes pour y parvenir

Après vous avoir partagé la semaine dernière le pourquoi du comment j’ai décidé de m’engager dans l’industrie du livre, sur Longue Vue et sur mes aspirations concernant ma marque personnelle.

Cette semaine je m’attaque à la vision de Longue Vue et sur ce que va être ce projet dans les mois - et je l’espère, les années - à venir.

Comment avons-nous défini la mission et la roadmap à venir de Longue Vue ?

Soyons honnête, il est impossible de définir une vision très claire lorsqu’un projet en est à ses prémisses.

Avec Valentin, on travaille depuis depuis plus de deux mois sur ce projet et on est déjà passé par une multitude de phases, d’idées et de visions sur ce que pourrait être Longue Vue.

Et par encore plus d’échanges et questionnements sur le “comment” y parvenir, dans quel ordre faire les choses etc.

Au début, c’est flou et c’est normal. Cette phase d’exploration sur le “comment” et le “pourquoi” est nécessaire au début de tout projet.

D’ailleurs, ce duo du “pourquoi” et du “comment” doit être challengé au fur à mesure du développement d’un projet ou d’une entreprise.

C’est bien pour cela que je trouve tout aussi important, voir plus, le fait d’opérer dans une industrie qui nous passionne, dans laquelle on se voit évoluer des années/décennies.


Les différentes phases par lesquelles nous sommes passés avec Longue Vue

Un peu de concret maintenant, voici les étapes par lesquelles nous sommes passés pour y voir un peu plus clair :

  • La phase “On veut révolutionner le monde de l’édition, on aime lire, écrire mais … on y connait rien ou presque à ce milieu “

    J’en ai déjà parlé dans une édition précédente, nous avons commencé ce projet en nous plongeant dans les livres et les blogs américains et en rencontrant un maximum d’acteurs français de l’industrie pour 1) apprendre au maximum 2) valider l’intérêt d’approfondir cette industrie et d’envisager d’y lancer un projet 3) valider notre intérêt personnel pour l’industrie.

    Cette phase qui a durée environ 3 semaines fut très enrichissante et notre conclusion était positive. Allons plus loin. Lançons une maison d’édition spécialisée sur la non-fiction !

  • La phase “On lance une maison d’édition mais ça va prendre du temps non ? On fait quoi en parallèle ?”

    Lancer une maison d’édition, c’est ambitieux, c’est stylé à dire (ou pas, à vous de me dire) mais c’est pas si facile.
    Il faut comprendre ce milieu plus en profondeur (s’insérer dans l’écosystème), et savoir que lancer ses premiers projets d’éditions de livres va prendre des mois/années, il faut avancer de l’argent, faire les inévitables erreurs de débutants etc.

    Les autres points de réflexions de cette phase étaient :

    1. La rentabilité de ce genre de projet ? La stratégie pour faire sa place puis devenir une maison d’édition capable d’éditer des dizaines/centaines de livres par an ? Et surtout, comment les vendre ? Ce qui nous amène au deuxième point.

    2. Comment avoir un avantage concurrentiel ou un élément différenciant en partant de nos forces ?

      Pour construire cette avantage, nous pensons que cela passe par la construction d’une forte marque et surtout par la constitution d’un canal de distribution que nous maîtrisons et encore mieux, qui nous appartient. Les maisons d’éditions dépendant principalement des libraires et d’Amazon (cette Némésis du secteur). Nous avons la conviction que développer un nouveau canal de distribution sera utile à toute l’industrie française.

  • La phase “Construisons un média à destination des lecteurs et la plus grande communauté autour de la non-fiction en France”

    De la est né notre premier média avec la newsletter Longue Vue (on publie la quatrième édition mercredi d’ailleurs), nous travaillons également sur le podcast que je vais lancer à la rentrée de septembre et sur d’autres projets “médias” comme des conférences en ligne et des vidéos.

    Créer ces différents médias gratuits nous permet de construire notre marque et notre audience mais ne garantit pas notre capacité de distribution dans l’optique de vendre des livres, que ce soit les siens ou ceux des autres.

    C’est la qu’est arrivé l’idée du Club Longue Vue (ou Longue Vue Club - faut qu’on se mette d’accord sur le nom Valentin !)

  • La phase “Les communautés c’est top et les box aussi, pourquoi ne pas créer un club qui rassemble ces deux idées ?”

    Depuis quelques mois - même avant Longue Vue -, j’avais envie de créer une communauté autour de la lecture. Longue Vue arrive donc à point nommé pour réaliser cette envie latente.

    Mais la création d’une sorte de “book club” nous paraissait ne pas être suffisant pour nous permettre de créer l’actif qui fera la différence si nous décidions d’éditer et de vendre nos propres livres.

    De plus, nous voulions commencer à recommander et vendre des livres le plus tôt possible pour être aligné avec notre vision (que je vais finir par vous partager ne vous inquiétez pas).

    Un des challenges avec cette idée de box avec des livres envoyés chaque mois aux membres du club était la ligne éditoriale, le type de livres que nous allions proposer.
    La non-fiction est un terme qui n’est pas très parlant et qui est trop large pour fédérer une communauté (du moins à ses débuts).

    C’est pourquoi nous avons décidé de concentrer nos efforts, notre vision et notre communication sur le genre non-fiction qui nous parle le plus avec Valentin, celui dont nous pensons qu’il apportera le plus de valeurs et fédérera le plus grand nombre de personnes : celui des biographies, des mémoires en somme des parcours inspirants.

  • La phase “C’est l’été, on a deux mois pour tout apprendre sur le business des box, celui des communautés et tout mettre en place pour la rentrée et … ah oui ! lancer un crowdfunding pour le lancement du Club en septembre”

    Depuis quelques semaines, toute notre attention se porte sur :

    1. Le Club Longue Vue : avec une multitude de sujets concernant la box (logistique, choix des livres, relations avec éditeurs, choix des cartons, création de la plateforme tech etc)

    2. Le crowdfunding qui débutera le 15 septembre : qui nous oblige justement à affiner notre discours, à exprimer notre vision et qui est un challenge opérationnel aussi bien en amont du lancement (création de la page, des visuels, tournage vidéo, shooting photos, partenariats etc) qu’en aval (communication, communication, communication, préparation des différentes briques du club).

Et donc, la vision de Longue Vue après toute ces péripéties ?

Prendre le temps de revenir et découper les différentes phases du projet permet de mieux comprendre comment le chemin, les réflexions et les itérations mènent à la définition d’une vision.

Je vais reprendre les mots de Valentin pour vous partager la vision du Club Longue Vue qui permet de comprendre la vision plus long terme du projet.

Longue Vue, c'est 200 à 300 pages d’enseignements et de leçons récoltées au cours d’une vie, livrés chez vous chaque mois, ainsi qu’un club privé composé de personnes curieuses qui veulent progresser, comme vous."

Concrètement :

  1. Vous allez recevoir une biographie inspirante sélectionnée par nos soins directement chez vous, chaque mois.

    Pourquoi seulement des biographies ?

    Parce qu'en quelques heures de lecture, on reçoit des enseignements précieux, récoltés pendant une vie d’expérience.

    On comprend comment la personne en question a pris ses décisions. Ce qu’elle aurait pu faire différemment. Ce qui lui a permis de décrocher le job de ses rêves, de réussir son expédition autour du monde ou de traverser les épreuves les plus difficiles. 

    Pour construire son avenir, il n’y a rien de mieux que de tirer les leçons du passé. Et s’il existe un raccourci dans la vie, c’est bien de lire des biographies. 

  2. Vous rejoignez une communauté privée pour discuter de chaque lecture.

    Nous allons animer un forum, organiser des sessions Zoom en direct et surtout, inviter les auteurs des livres (ou des experts du sujet) pour creuser davantage les enseignements de chaque livre. 

    Imaginez lire la biographie de Napoléon et ensuite discuter avec le plus grand expert français de l’époque.
    Imaginez lire les mémoires du plus grand faussaire d’art français et discuter avec lui en personne.

Avec Longue Vue, notre ambition est de créer un mouvement qui rassemble tous ceux qui souhaitent apprendre, s’inspirer et changer de vie grâce à la lecture de biographies hors du commun.

Du coup, la vision de Longue Vue c’est que :

  1. La lecture peut avoir un impact énorme sur nos vies, nos trajectoires (ce fut le cas pour Valentin et moi-même)

  2. La lecture est une porte d’entrée qui inspire, présente des idées, ouvre l’esprit et élargi votre vision du monde mais lire le livre n’est que la première étape quand on veut progresser.

  3. La deuxième étape c’est d’étudier un livre, pour cela l’idéal est de pouvoir échanger sur ce qu’on en retire avec d’autres personnes, d’où la vision communautaire de Longue Vue

  4. Avoir cette proximité et ces échanges avec une communauté engagée et avec le mêmes objectifs que nous (progresser, mieux se connaitre, mieux comprendre le monde dans lequel on évolue etc) va nous permettre de mieux choisir les livres que nous allons traduire et/ou éditer.

Pour résumer, avec Longue Vue il y a une volonté d’aider le maximum de personnes à travers la lecture et les échanges qui peuvent en découler.

Une envie - peut être utopique - de redonner à la lecture une place plus importante dans la vie de nos contemporains, de prouver que la lecture ça peut être cool, divertissant mais aussi très utile et aller jusqu’à change une vie.

Au final, notre volonté d’un point de vue “produit” est de parvenir à terme à créer une maison d’édition mais il peut se passer beaucoup de choses de notre et en dehors de notre contrôle d’ici la.

Peut être que Longue Vue sera “seulement” une communauté, un média ou une maison d’édition ou encore un mix de tout ça.

Voila, au final, je ne sais pas si vous y voyez plus clair sur notre vision. En tout cas vous avez un aperçu transparent et exhaustif des étapes par lesquels nous passons.

Je pense que c’est utile de partager ce genre de réflexions. Tout entrepreneur étant amené à passer par ces challenges, à savoir :

  1. Devoir définir une vision, un cap.

  2. Planifier et exécuter une roadmap qui elle même va évoluer régulièrement.

  3. Remettre en cause sa vision ou le chemin pour l’atteindre selon les apprentissages, des opportunités inattendues ou des événements extérieurs imprévus.


👀 Les nouvelles de Longue Vue

J’ai déjà pas mal tartiner sur Longue Vue avec la vision, du coup je vais être bref :

  • C’est l’été du coup difficile d’avancer avec les éditeurs et autres partenaires potentiels pour le crowdfunding et le club

  • On a reçu des cartons “test”, va falloir que je développe mes compétences manuelles vu qu’on a décidé de gérer “à la main” les premiers envois en Octobre

  • On continue de préparer le shooting photo, le tournage de la vidéo et la page Ulule pour que tout soit prêt pour le lancement du 15 septembre

  • J’ai pas mal avancé sur le podcast, j’ai les 4 premiers invités, j’enregistre deuxième quinzaine d’août et je vais faire en sorte de lancer le podcast début septembre.

  • On publie mercredi la 4ème édition de la newsletter. Je viens de la finir ce matin et j’ai hâte de vous la partager (s’inscrire pour la recevoir mercredi à 11h).

Dernière semaine de travail pour moi avant un break de 8 jours dans le sud-ouest.


📚 Ce que je lis en ce moment

Le monde de Sophie de Jostein Gaarder (620 Pages)

Ce livre me faisait de l’oeil depuis quelques mois dans la bibliothèque de ma copine.

J’ai envie de me replonger dans la philosophie et ce livre est une introduction parfaite pour remettre mon esprit dans ces sphères intellectuels et de la pensée pas toujours évidentes.

Ayant tendance à beaucoup annoter les livres que je lis, j’ai préféré acheter mon propre exemplaire de roman initiatique que j’ai beaucoup aimé.

En effet, je parle plus haut d’introduction car le récit est construit comme un cours de d’histoire de la philosophie.

On y suit le cours particulier d’une petite fille de 14 ans du nom de Sophie, cours prodigué par un mystérieux personnage qui lui envoie des lettres dans sa boite aux lettres.

L’intrigue autour de Sophie, son professeur et les autres personnages qui arrivent ensuite est captivante mais la vraie valeur de ce livre réside dans la manière dont son décrit et expliquer chaque courants philosophiques et philosophes majeurs sur une période de 3000 ans allant de la Grèce antique à notre époque.

Le livre est long mais je vous le recommande si votre motivation est de prendre ou reprendre goût à la philosophie.

J’ai pris beaucoup de notes, je vais donc revenir dessus, l’étudier et approfondir certains des courants ou philosophes qui m’ont le plus attiré.

Ma note : 8/10

Vagabondages de Lajos Kassak (230 pages)

Tombé par hasard sur ce livre dans une librairie bordelaise. J’ai été attiré par ce verbatim d’Emmanuel Carrere (auteur que j’aime beaucoup).

Kassák raconte les vagabondages dans l'Europe d'avant la guerre de 1914 de deux types qui sont lui et Szittya, deux espèces de trimardeurs nietzschéens. C'est un peu comme une version hongroise de Sur la route de Kerouac.

Il sait me séduire littérairement parlant en décrivant l’auteur comme un Kerouac hongrois ce Carrere.

Malheureusement, j’ai apprécié sans plus la lecture. Je n’en retire pas grand chose et je pense que j’aurai oublié la majorité de l’histoire dans quelques mois.

On y suit les galères de l’auteur qui décide à 22 ans en 1909 de partir à pieds de son village hongrois pour rejoindre Paris. Sur la route, n’ayant pas d’argent il va vivre de mendicité et de combines pour se faire un peu d’argent chaque jour.

Sur ce qui touche au voyage et aux descriptions, je n’ai pas été marqué et pour ce qui a trait à la galère, la faim et la pauvreté, je préfère le livre de Georges Orwell ou encore celui de Knut Hamsun.

Note : 6/10

The Great Mental de Models de Shane Parrish / Farnam Street (200 pages)

Lecture en cours.

J’ai commencé sa lecture ce weekend et j’aurai fini plus tard aujourd’hui ou demain.

Le sujet des modèles mentaux m’intéressent beaucoup en ce moment et Shane Parrish a prouvé avec Farnam Street qu’il fait parti des personnes à suivre / lire sur ce thème.

J’en parle encore un peu plus bas dans cette newsletter et vous aurez un résumé du livre la semaine prochaine.


🎁 Les ressources/liens de la semaine

(Formation) Effortless Output with Roam - Nat Eliason

La semaine dernière, je vous ai partagé cet article de Nat Eliason sur l’outil de prise de notes Roam Research.

Cette semaine, j’ai terminé sa formation qui m’a coûté 120$ ( et qui a générée à son auteur plus de 200 000$ de ventes).

Si vous cherchez à organiser vos notes, vos pensées, vos idées, vos contacts, vos journées/semaines/mois, je vous recommande cet outil plus que n’importe quel autre et je vous encourage à prendre la formation qui vous permettra de gagner plusieurs semaines pour bien comprendre :

  • comment fonctionne l’outil, la philosophie sous-jacente

  • comment l’utiliser correctement, bien assimiler les fonctionnalités et leurs utilités et les différences avec les outils comme Notion ou Evernote.

  • des cas concrets et utiles d’utilisations (gestion de projets, CRM, notes, journal personnel etc)

Découvrir la formation sur Roam

(Communauté payante) Learning Community de Farnam Street

Je m’excuse pour cette deuxième ressources payantes du jour (je précise que je ne touche pas d’argent avec ces deux liens) mais c’est du très bon.

Je consomme le contenu du site (articles, podcasts) depuis plusieurs années et je lis son premier livre cité juste avant.

J’y pensais depuis quelques temps et j’ai enfin rejoint la communauté de Farnam Street pour 150$/an.

Voici un screenshot qui illustre ce à quoi j’ai accès en tant que membre.

La communauté me semble très active, il y a un AMA organisé chaque mois, 3 cours disponibles (sur le focus, la lecture et un à venir sur les modèles mentaux), les guides de lectures sont top et la librairie de connaissances (qui reprend en partie les articles publics) est bien structurée et donne envie d’y passer du temps.

Il est un peu tôt pour vous garantir de la valeur de la communauté sur la durée venant à peine de la rejoindre mais le contenu existant vaut amplement le coût d’inscription.

Découvrir la communauté Farnam Street

(Article) Progressive Summarization: A Practical Technique for Designing Discoverable Notes - Tiago Forte

Tiago Forte, c’est le mec en vue derrière le mouvement du “second cerveau” (il a créé une formation sur le sujet) et sur le système d’organisation PARA.

Dans cet article, il explique comment construire des notes en différentes étapes, celles-ci vont nous permettre de mieux les utiliser et de plus facilement se souvenir des concepts importants et de pouvoir ensuite les utiliser/consulter.

Il prône une approche “notes-first” qu’il oppose aux organisations par “tags” ou par “dossiers”.

Je vous copie/colle ma note (prise sur Roam) sur les différentes étapes de ce qu’il appelle la mémorisation progressive.

  • Layer 0 is the original, full-length source text.

  • Layer 1 is the content that I initially bring into my note-taking program. I don’t have an explicit set of criteria on what to keep. I just capture anything that feels insightful, interesting, or useful.

  • Layer 2 is the first round of true summarization, in which I bold only the best parts of the passages I’ve imported. Again, I have no explicit criteria. I look for keywords, key phrases, and key sentences that I feel represent the core or essence of the idea being discussed.

  • For Layer 3, I switch to highlighting, so I can make out the smaller number of highlighted passages among all the bolded ones. This time, I’m looking for the “best of the best,” only highlighting something if it is truly unique or valuable. And again, I’m only adding this third layer when I’m already reviewing the note anyway.

  • For Layer 4, I’m still summarizing, but going beyond highlighting the words of others, to recording my own. For a small number of notes that are the most insightful, I summarize layers 2 and 3 in an informal executive summary at the top of the note, restating the key points in my own words.

  • And finally, for a tiny minority of sources, the ones that are so powerful and exciting I want them to become part of how I think and work immediately, I remix them. After pulling them apart and dissecting them from every angle in layers 1–4, I add my own personality and creativity and turn them into something else.

Lire l'article entier

(Video) Comment Animal Crossing est devenu “mieux que la vraie vie” - Marketing Mania

Nouvelle vidéo sur la chaîne de Stan Leloup. Il revient sur le phénomène Animal Crossing qui explose tous les records de vente dans le jeu vidéo depuis le confinement.

Selon lui ce jeu pourrait révéler le sens de la vie dans un monde post-coronavirus et nous dit certaines choses sur la psychologie humaine.

Il explique également les différences fondamentales entre les générations Y et la Z.

Pour cela, il introduit les concepts du “premium médiocre” et de la “domesticité cosy”.

Si vous êtes intéressé par le sujet de cette vidéo, je vous encourage de voir également la vidéo de Killian Talin du Laboratoire Créatif qui vient juste de sortir.

Voir la vidéo de Marketing Mania

(Vidéo) Euro 2000, 20 ans après... - Fédération Française de Football

Cette année, on aurait du faire notre deuxième doublé Coupe du monde / Euro mais la crise sanitaire en a décidé autrement et a retardé cet exploit à 2021.

En attendant, la FFF vient de sortir ce documentaire de 40 minutes revenant sur la victoire de la France à l’Euro 2000 organisé en Belgique et aux Pays-Bas.

C’était quand même mieux l’Euro avec seulement 16 équipes ! Les adversaires de la France pour vous rafraîchir la mémoire : Danemark, République Tchèque, Pays-Bas, Espagne, Portugal, Italie.

C’est l’occasion de revivre ces matchs dont l’incroyable finale, revoir les buts et d’écouter les témoignages 20 ans plus tard de Barthez, Trezeguet, Thuram, Lizarazu, Djorkaeff, Pires, Blanc et Deschamps.

Revivre l'Euro 2000


C'est tout pour aujourd'hui !

Est-ce que cette édition vous a plu ? Qu’est ce que vous avez appris ou retenez de votre lecture ?

N’hésitez pas à me solliciter par mail ou en commentaire sur substack.

La newsletter sert aussi à engager la conversation. Profitons-en pour échanger et apprendre ensemble.

Passez une bonne semaine et à lundi prochain pour la prochaine édition ! :)

JCK


Si vous aimez cette newsletter et que quelqu’un dans votre entourage pourrait lui aussi l’apprécier, vous pouvez lui partager cet email avec le lien ci dessous. 👇

Share Dans la tête de JCK

Si au contraire, vous venez de découvrir cette newsletter et que le contenu vous intéresse. 👇